• Support de cours 2015-2016

Webmarketing - séance 2

1. Métiers de l'agence web

Le premier métier du web est le Webmestre, littéralement le «Maitre du Web», mais il fut d'abord un Webdesigner qui conçoit et met en place le site internet dont la gestion est ensuite assurée par le Webmestre. Les autres métiers se rajoutant ensuite.

Les métiers du web ont souvent été considérés comme des métiers de l'informatique. Ils migrent maintenant vers des métiers de la communication et du marketing, en utilisant des outils informatiques.

On peut classer ces métiers en 8 familles.

1.1. La gestion de projet

  • Chef de projet web : dirige la conception et la réalisation du site
  • Architecte de l'information : organise et classifie l'information à publier

1.2. Programmation et développement 

  • Développeur : conçoit et réalise les éléments techniques du site
  • Programmeur : crée les applications ou sous parties en langage informatique
  • Animateur : crée des images animées (2D-3D), des applications flash, ou autres
  • Intégrateur : organise et intègre les différentes "briques" du site
  • Spécialiste bases de données : conçoit, crée, gère les bases de données du site

1.3. Exploitation 

L'équipe d'exploitation est chargée de l'hébergement, de la bonne marche du site web et de ses différents services en termes de disponibilité, de performance, de résilience et de sécurité. Elle est composée de plusieurs équipes:
  • Administrateur Réseaux: gère les équipements réseau (câblage, configuration des équipements réseaux, routage)
  • Administateur Système: administre les serveurs qui hébergent les services: couche système d'exploitation et applicative
  • Administrateur Stockage: assure la mise à disposition et l'accès aux données selon les besoins et l'usage
  • Administrateur de Bases De Bonnées (Database Administrator ou DBA): assure l'administration des bases de données. Il peut aussi être chargé de la modélisation des données
  • Administrateur Sécurité: assure la mise en place de la politique de sécurité. Il est responsable des accès internes et externes (droits applicatifs, flux réseaux), de la sécurité et de l'intégrité des données

1.4. Graphisme et webdesign 

  • Webdesigner : conçoit le site, avec ses différentes parties qui seront réalisées par lui-même ou d'autres intervenants
  • Graphiste : conçoit et crée les éléments graphiques
  • Illustrateur : crée les parties images du site
  • Ergonome : renforce l'accessibilité du site pour des publics particuliers, s'assure que les informations sont facilement accessibles à tous

1.5. Administration 

  • Webmestre : gère au quotidien le site web et le met à jour. il est aussi souvent responsable du développement du trafic

1.6. Gestion de l'information 

  • Documentaliste : collecte les informations qui seront publiées, il les vérifie et les valide avant publication
  • Juriste : vérifie la légalité des informations publiées
  • Gestionnaire de contenus : gère le contenu du site
  • Journaliste internet : écrit les textes, en prenant en compte les besoins du référencement moteurs de recherche (SEO)

1.7. Animation 

  • Animateur de site : gère l'ensemble des contributeurs de contenus du site
  • Gestionnaire de communauté : anime la communauté au travers du site, des réseaux sociaux, forums....

1.8. Marketing et promotion 

  • Référenceur : favorise le référencement naturel du site auprès des moteurs de recherche, il intervient des la conception du site
  • Webmarketeur : élabore et met en place avec les autres acteurs, la stratégie marketing internet du site ou de l'organisation

2. Conduite de projets web

Ce chapitre présente 3 stratégies pour aborder les projets web en commençant par la plus ancienne. Si l'organisation des différentes taches évolue selon les stratégies toutes les 3 nécessitent de traiter des taches similaires.

2.1. Gestion en cascade

C'est le principe "traditionnel" de conduite de projets web... 



Analyse

  • Les différentes phases du projet s'enchainent successivement 
  • Elles nécessitent l'intervention de nombreux profils professionnels spécialisés différents
    • Elle est donc clairement inadaptée aux petits projets/budgets 
  • Elles génèrent un effet tunnel pour le client final qui passe de la charte graphique au site fini
  • Ce principe de fonctionnement nécessite une très bonne compréhension/participation du client final (qui n'ait pas forcément aisée à obtenir)
  • Elle entraine beaucoup de sujectivités : on parle du futur site dans les spécifications, on en montre le rendu visuel non animé dans la charte... Mais le site web n'est pas une "simple" affiche publicitaire, c'est un outil interactif que le client final ne découvre réellement qu'une fois le projet entièrement terminé...
Face à l'énoncé de ces inconvénients dont il ne faut pas minorer l'impact d'autres alternatives sont apparues...

2.2. Gestion agile

A la place d'un traitement linéaire des différentes taches le déroulement du planning s'effectue sur des cycles courts (sprints) ou plusieurs phases se suivent successivement... Et le projet est décomposé en n sprints.



Comme toutes les gestions de projet en mode agile qu'elles portent sur le web ou toutes autres activités les bénéfices retirés sont notamment : 
  • Une meilleure réactivité pour la prise en compte des changements 
  • Une plus grande implication du client final et moins d'effet tunnel
  • Un périmètre projet défini en fonction des besoins et non en fonction des aspects commerciaux et contractuels 
Néanmoins en termes de couts le problème est un peu toujours le même, cette méthode de conduite de projets web :
  • nécessite de multiples intervenants (et donc un budget assez conséquent) 
  • nécessite une bonne compréhension du client qui ne peut être un "simple néophyte"

2.3. Gestion "légère"

Face aux petits budgets de certains clients (qui sont pour beaucoup aussi néophytes) les méthodes de conduite de projets traditionnels ou agiles ne sont pas satisfaisantes pour percer sur ce marché (offrant pourtant de belles opportunités) pour plusieurs raisons : 
  • en termes de coûts humains associés aux développements 
  • en termes de technicité nécessaire pour que le client final puis s'impliquer pleinement dans le projet et non le subir
  • en termes d'industrialisation (on a tendance à recréer la roue pour chaque projet...)
Cette remarque peut également porter sur des clients ayant des budgets plus conséquents mais étant totalement néophytes et/ou peu disponibles pour passer du temps pour dialoguer avec le chef de projet ! 

La solution envisagée alors est le recours à une conception à 100% basée sur le prototypage. 

A lire également : 

3. Les étapes du projet web

3.1. Les spécifications 

Ce document doit répertorier de façon plus ou moins exhaustive ou détaillé l'ensemble des aspects du projet web à tout point de vue (planning et phasage, technologies, webmarketing, design,...).

Pour ce faire tout doit commencer par une bonne collecte d'informations... 

3.1.1. Interview client 

Ce travail a lieu avant l'établissement par l'agence web de la proposition commerciale, il permet à celle ci d'être pertinente et établie de manière objective. Il s'agit de formuler un ensemble de questions concrètes qui vont permettre de préciser et de bien envisager le projet web...

Parmi ces questions on trouve notamment des aspects budgétaires, planning, fonctionnels, concurrentiels,...
Voici à titre d'exemple une liste de questions type correspondant à cette interview client.
  • Liste des objectifs ? / Contexte projet ? / Nom du projet ?
  • Contacts et responsable projet / Spoc ?
  • Date de Début de projet
  • Date de Validation de démo
  • Date de Mise en ligne finale
  • Événements / jalons liés au projet
  • Budget prévisionnel en € HT
  • Quels sont vos objectifs en terme de ROI et de progression de chiffre d'affaires sur votre site ?
  • Quel est le nom/intitulé du service à mettre en ligne ?
  • Quels sont les noms de domaine à votre disposition pour ce projet ?
  • Description du service / concept / produit que votre site fournira
  • Vos objectifs stratégiques
  • Par ordre d'importance, du plus important au moins important, quels sont vos objectifs stratégiques ?
  • En quoi le service / concept / produit à mettre en ligne est au service des objectifs stratégiques de votre entreprise ?
  • Quelles sont les raisons principales pour la refonte de votre site / service en ligne ?
  • Le site actuel : points positifs
  • Le site actuel : points à améliorer
  • Quels autres sites concurrents existent en ligne ?
  • Quelle est la cible que vous visez pour votre site ?
  • Décrivez le plus précisément possible les visiteurs de votre site
  • Typiquement, comment vos utilisateurs arrivent sur votre site ?
  • Quels autres sites vos utilisateurs fréquentent-ils ?
  • Quelle est votre identité visuelle ?
  • Quelle est votre charte graphique ?
  • Quelle première impression souhaitez-vous donner aux visiteurs qui viennent pour la première fois sur votre site ?
  • Qu'est-ce qui doit différencier votre site des autres ?
  • Quels sont les sites référents dans votre secteur d'activités ? Merci de préciser leur URL.
  • Selon vous, qu'est-ce qui « marche » sur ces sites ?
  • Quels autres sites vous semblent intéressants ou pertinents d'un point de vue graphique
  • Quels sont les contenus dont vous disposez ? (documents, articles, textes qui seront sur le site)
  • Sous quel(s) format(s) pouvez-vous les fournir ?
  • Avez-vous prévu du temps ou une personne pour rédiger ces contenus dans un style / format adapté au web ?
  • Quelle est votre réflexion sur l'organisation et la hiérarchisation des contenus pour votre site ?
  • Autres informations / commentaires sur votre contenu et la migration de celui-ci vers le nouveau site :
  • Infrastructure technique
  • Solution de paiement
  • Service après vente
  • Description de la société
  • Description de vos services / votre offre
  • Comment votre société est-elle perçue par votre cible / audience ?
  • Comment vos services sont-ils perçus par votre cible / audience ?

3.1.3. Plan des spécifications et périmètre 

On distingue à priori :
  • un Cahier des Charges et Spécifications Fonctionnelles (BRD, donc)
  • un Cahier des Charges et Spécifications Techniques (Product Requierements Document, PRD).
Pour reprendre un exemple cité sur le net, imaginons un département évènementiel qui souhaite avoir à sa disposition 100 bouteilles de vin par soir lors d’une conférence de 3 jours, le vin devant être porté à 14° : il s’agit du BRD. Le PRD étant l’expression technique du même besoin, à savoir la mise à disposition d’un espace de stockage approprié ayant telle ou telle particularité.

Cette segmentation possède de la pertinence sur les projets complexes et/ou très ambitieux, de manière plus pragmatique les "spécifications fonctionnelles et techniques" couvrent généralement l'ensemble des aspects suivants
  • Contexte du projet
    • but du projet 
    • personnes et organismes impliqués dans le projet 
  • Ambitions 
  • Contraintes sur le projet (juridique, culturelle, temporelle,...) 
  • Eléments stratégiques web et webmarketing
  • Objectifs internes et externes 
  • Cibles principales et secondaires 
  • Tâches à traiter par les cibles 
  • Aspects webmarketing 
  • Front office
    • Respect des standards et normes 
    • Contenus 
    • Inventaire des fonctionnalités 
    • Ergonomie
      • Arborescence et architecture de l'information 
      • Définition des différentes pages types 
      • Description de l'architecture des pages types 
    • Qualités du site web
    • Orientations graphiques et design 
  • Backoffice
    • Outils de gestion de contenus 
    • Modalités d'administration
    • Sécurité  
  • Aspects techniques (maintenance, hébergement,)
  • Stratégies retenues 
  • Risques identifiés
  • Critères de réussite 
  • Opérations liées à la mise en ligne 
  • Exploitation du site 
  • Boite à idées pour les futures évolutions 
  • Modalités de recette 
  • Macro planning et livrables prévus 
  • Annexes

Remarques

  • Ce plan type peut être enrichi judicieusement par une synthèse provenant d'un benchmark sectoriel et conccurentiel venant alimenté en amont la réflexion et portant sur le territoire ciblé ou en dehors de celui-ci. 
  • Dans le cas de la création de nouvelles versions de sites web (refonte) les données webmarketing portant sur le site actuel, la prise en compte des retours utilisateurs apporteront des données subjectives et pertinentes à vos réflexions 

3.2. Wireframing et prototypage 

Suivant les modalités de conduite de projet cette étape a lieu en parallèle des spécifications ou après celles ci (elle peut aussi être réalisée en avant projet). 

Cette étape est cruciale car c'est la première étape ou se matérialise et se concrétise un peu le futur site. 

Il existe de nombreux outils différents pour produire du wireframing, des outils générant des wireframings non interactifs aux outils très proches du comportement d'une vraie page web... Par exemple l'outil Axure (extension pour chrome : https://chrome.google.com/webstore/detail/axure-rp-extension-for-ch/dogkpdfcklifaemcdfbildhcofnopogp) permet de produire des pages types animées et simulant les comportements mobiles, tablettes,...

3.2.1. Les principes

Si les outils sont mutliples la démarche est toujours la même : 
  • sur la base de l'arborescence envisagée dans les spécifications un certain nombre de pages types sont définies (accueil, contact, fiche produit, liste produit, actualités, liste actualités,...)
  • pour chacune de ces pages types le wireframing ou le prototypage va permettre de définir l'architecture de la page, son agencement dans l'espace, les comportements et interactions des différentes zones...

3.2.2. UX Design 

Le UX design apparu dans les années 2000 et en fort développement permet de placer l'utilisateur (les cibles) au coeur des processus de conception la finalité recherchée étant de mettre en place un site répondant réellement aux besoins et attentes des utilisateurs en leur permettant de traiter le plus efficacement l'ensemble des taches qu'ils devront réaliser sur le site. 

Ce processus ne révolutionne pas la conception de sites web mais permet de la rendre moins subjective. Cette sensibilité et sa prise en compte dans les processus de conception modifient quelque peu les étapes de spécifications et de prototypage en les rendant plus fusionnelles (les 2 approches devant avancer en même temps). Voici un schéma proposant les principes de l'UX Design.


3.2.3. Aller plus loin 

On peut envisager d'aller plus loin encore dans l'utilité du prototypage fonctionnelle si le site Internet réalisé et son prototype sont réalisés sur le même outil CMS.

Ainsi il n'y a plus 2 phases dissociées dans le projet générant des couts supplémentaires mais une seule phase avec un prototype, au départ simple ébauche du site qui glisse progressivement par de multiples petites évolutions vers le statut de site. 

Si dans la démarche et en termes budgétaire cette approche est la plus censée elle nécessite de disposer d'un outil de CMS facile à faire évoluer et non contraignant car la phase de prototypage nécessite d'explorer de multiples pistes.

3.4. Ergonomie et webdesign 

Cette étape de création de charte graphique réalisée par le directeur artistique va permettre sur la base des spécifications, des prototypes ou wireframings, et des exigences et contraintes graphiques apportées par le client de créer la charte graphique du futur site web en considérant si possible : 
  • l'ensemble des pages types composant le site web 
  • les adaptations mobiles et tablettes 
  • l'impression des pages 
Cettte étape est assez complexe car beaucoup de subjectivités interviennent à ce niveau ! 

3.5 Développements 

On peut distinguer les développements backend (PHP, JSP, bases de données) très techniques des développements front end (moins techniques et plus pluridisciplinaires : code HTML CSS JS + ergonomie + design + SEO). 

Ces 2 taches sont traitées parallèlement ou en cascades, elles font appel selon les projets à des spécialistes dédiés (développeurs backend et développeurs front end). 

3.5.1. Focus sur le rôle du développeur frontend : 

Son rôle et importance s'est accrue au cours des dernières années, il s'agit d'un maillon en charge de la production des pages web qui doit être apte à dialoguer avec les différents grands acteurs de la chaine de production :
  • Chef de projet, responsable communication, responsable marketing, consultants SEO, et experts (accessibilité, ergonome,...),
  • Directeur artistique,
  • Développeurs back end,
  • Administrateurs du site, et client final,...
Il est responsable de l'interface web et de son bon fonctionnement quelques soient les caractéristiques techniques des équipements de l'internaute et compétences de l'internaute. La qualité de son travail impacte aussi fortement le référencement naturel du futur site. 

3.5.2. Choix technologiques 

Concernant les développements backend, les choix technologiques effectués à ce niveau sont cruciaux, il existe de multiples CMS, de multiples langages de programmation différents...

S'il est difficile d'indiquer de manière formelle quel CMS et quels langages utilisés, certains facteurs importants sont à prendre en compte
  • développements et popularités des technologies/langages 
  • pérenité  des technologies/langages 
  • outils et technologies utilisées par les concurrents 
  • adaptation de la technologie/du CMS aux besoins internes et externes 
  • sécurité, fiabilité, maintenabilité, 
  • couts récurrents associés 
A priori ces choix techniques ne devraient être décidés que projet par projet après les étapes de spécifications et wireframing, dans la réalité ces choix sont souvent dictés par les agences web sur des prétextes plus ou moins judicieux. 

3.6. Mise en place des contenus 

Les contenus rédactionnels, iconographies, documents associés sont mis en place une fois les développements finalisés. Pour gagner du temps il est judicieux de rassembler ces éléments dès le début du projet car ce processus de collecte et de synthèse peut s'avérer long. 

L'ensemble des contenus mis en place doivent être particulièrement soignés car leurs impacts seront : 
  • essentiels en termes de référencement naturel
  • importants quant à la satisfaction des différents cibles
Lorsque des sites sont présentés en versions multilingues, pour envisager avec réussite chacune des versions de sites il est judicieux de ne pas considérer les sites comme des sites "miroirs" les uns des autres et traduits en plusieurs langues. L'approche culturelle nécessite souvent au contraire d'envisager chaque version de langue comme un site à part entière devant répondre à des attentes spécifiques et en phase avec le contexte culturel de chaque visiteur. 

3.7. Recette

Cette phase de vérifications avant la mise en ligne du site est organisée dès l'étape de spécifications si possible. La recette peut être suivant les projets particulièrement scrupuleuse en s'appuyant sur des outils dédiés (qui jouent des scénarios) et peuvent recouvrir des aspects très différents : 
  • performance et rapidité de chargement (tests de stress à la charge)
  • interopérabilité devices et navigateurs, 
  • sémantique des pages types (impact sur le référencement naturel) 
  • traitement des erreurs,...
A cette phase de recette est souvent associée un outil de reporting et de suivi/traitement des bugs spécialisés ou plus généralistes (redmine par exemple). 

3.8. Préparations à la mise en ligne et formations 

Cette étape correspond notamment à
  • La mise en place des outils d'analyse d'audience (Google Analytics, Xiti,...)
  • La mise en place des outils de suivi qualités (Opquast Reporting, Google Webmaster Tools,...)
  • La formation des différents gestionnaires du site 
  • Dans le cas d'une refonte de site la gestion des anciennes url (indexées par les moteurs de recherche) par la mise en place de redirections vers les nouvelles pages
  • On peut aussi associer à cette étape la mise en place de présence sur les réseaux sociaux grands publics et professionnels et leurs interconnexions avec le site qui sera mis en ligne (alimentation automatique des réseaux sociaux par flux...)

3.9. Ouverture commerciale du site 

Suivant les ambitions et budgets du projet cette étape couvre principalement 1 ou plusieurs aspects : 
  • Le passage obligé : la soumission aux moteurs de recherche et annuaires (au moins Google Bing Yahoo et DMOZ)
  • Suivant les budgets :
    • développement de la politique de netlinking
    • opérations webmarketing : liens sponsorisés (SEM), bannières publicitaires, mailings....

3.10. Exploitation et gestion du site en production 

Là encore il s'agit d'un point trop souvent ignoré...  Sans doute pour des raisons historiques beaucoup de porteurs de projet et parfois même d'agence web considèrent une fois le site ouvert au public que ce chantier est terminé, mais ce n'est qu'un début, contrairement à une affiche publicitaire imprimée une fois pour toute les sites web sont évolutifs en termes de contenus qui doit s'enrichir progressivement et en termes de fonctionnalités.

3.10.1. Aspects rédactionnels 

La mise à jour des contenus du site, la mise en place de nouveaux contenus, leur plus ou moins forte mise en valeur sont autant d'aspects importants à la fois pour le référencement naturel et la satisfaction des utilisateurs cibles du site. Pour les projets ambitieux aux budgets suivants il peut être très intéressant de mettre en place des comités rédactionnels se réunissant à période régulière et statuant sur les taches à traiter à court, moyen et long terme.

3.10.2. Concept d'enrichissement et d'amélioration progressive

L'apport de la méthodologie agile d'une part, de l'UX design d'autre part et l'évolutivité des sites web a permis l'essor d'une approche dans la création de sites web fondée sur l'enrichissement et l'amélioration progressive. 

Le principe est simple, plutot que de vouloir mettre en ligne le site dans sa version finale, celui ci est mis en ligne dans une version simplifiée, qui évoluera étape par étape. Les intérêts de cette approche résident notamment dans : 
  • La sécurisation des investissements 
  • Une meilleure prise en compte des retours/attentes des utilisateurs 
  • L'affichage d'un dynamisme du site ou de la société (effet d'image)

4. Planification et collaboration 

Les différentes étapes du déroulement d'un projet web nécessitent :
  • de faire collaborer des métiers très différents dans le respect du planning et des charges initiales 
  • de permettre à différents spécialistes de collaborer en travaillant en parallèle sur les mêmes fichiers/fonctionnalités 
De nombreux outils existent pour faciliter ces 2 aspects 

4.1. PARTAGE / COLLABORATION SUR DOCUMENTS

Google Drive

Google Drive est un service de stockage et de partage de fichiers dans le cloud lancé par la société Google, le 24 avril 204.
Google Drive remplace Google Docs une fois actif. Les documents existant déjà sur Google Docs sont automatiquement transférés sur Google Drive. Il sert à synchroniser, partager et modifier les données entre plusieurs ordinateurs et/ou utilisateurs. 

Dropbox

Dropbox est un service de stockage et de partage de copies de fichiers locaux en ligne proposé par Dropbox, Inc.

4.2. COLLABORER SUR UN PROJET

Il existe des outils gratuits, simples d'utilisation permettant à une équipe de collaborer efficacement sur un projet web.

Trello

Trello, c'est la star du moment, à tester absolument ! Une sorte de tableau de bord de gestion des projets avec des tâches partageables et une gestion par simple glisser. Plus d'infos

Freecamp

Outil de gestion de projet partagé et gratuit existant depuis 2010.

4.3. Collaborer sur les développements 

L'outil leader sur cet aspect est Github, cet outil et ses concurrents permettent à différents développeurs de travailler sur les mêmes fichiers sans entrainer de désastres et facilitent les processus de recette et mise en production (stageing). Ils sont particulièrement indispensables lorsque la conduite de projet est orientée Agile et lorsque la démarche d'amélioration progressive est au centre du projet. 


5. Principaux écueils 

Les problèmes qui peuvent surgir dans la conduite de projets web sont similaires à tous ceux qui peuvent intervenir pour tout type de projet. Mais certains sont plus spécifiques aux projets web : 
  • Subjectivité : lors des phases de conception et des phases de création de charte graphique,
  • Effet tunnel : lors de la phase de développements le client ne voit pas ce qui est réalisé ; il passe directement de la “promesse” au “produit fini”,
  • Projet subi : fréquemment l’entrepreneur “laisse faire” le prestataire et subi le projet au lieu d’y collaborer,
  • “Produit fini” : erreur classique de considérer qu’une fois le site ouvert au public le projet s’arrête ! 

5.1. Ce qu'il faut toujours faire dans le cadre d'un projet web 

  • Viser la “niche sectorielle” : gage de réussite
  • Penser au référencement naturel avant tout
  • Penser à l’internaute avant l’entrepreneur
  • S’appuyer sur les standards et les normes
  • Tester et retester
  • Évaluer le coût réel de l’hébergement, de la maintenance, de la gestion du site

5.2. Ce qu'il faut jamais faire dans le cadre d'un projet web 

  • Commencer par la charte graphique
    • Un site web est avant tout un outil pour l’internaute et l’entrepreneur, si le design revêt une importance, c’est toujours le site “outil” et ses fonctionnalités et caractéristiques qui doit primer
  • Aborder les aspects webmarketing tardivement
    • La génération de traffic, la conversion des prospects, la fidélisation, et la stratégie de communication web doivent être abordées en amont du projet pour ne pas entrainer de surcoûts
  • Ignorer les aspects de mise à jour et actualisation et maintenance du site
  • Ignorer les aspects humains et relationnels 

6. Répondre à un brief & proposition commerciale

Avant la contractualisation et les développements, intervient en premier lieu la proposition commerciale et le chiffrage du budget du projet... Dans le cas de projets ambitieux ou d'appels d'offre et consultations publiques ce devis s'accompagne d'un mémoire technique et d'autres éléments qui permettront au client final de faire appel à vos services.

6.1. Coûts fonctionnement agence web et webmarketing

Les coûts de réalisation des sites web sont très variables (de 500 à 5.000.000€ sans doute). Les lots qui sont les plus gourmands en coût sont : 

  • les coûts humains : le processus de conception implique très souvent 4 à 5 interlocuteurs dans l'agence web. Certaines phases de projets sont particulièrement chronophages (spécifications, développements) 
  • les coûts technologiques : les coûts d'hébergement des sites, les coûts logiciels peuvent faire grimper la note ! 

Le coût moyen d'une journée/homme de travail est de 500€ HT en France pour les agences web et webmarketing, sur le terrain on trouve de grosses variations (de 300€ HT à 1500€ HT/jour/homme)

6.2. Protocole de réponse à un brief

Même s'il existe de grandes variations liées aux caractéristiques et ambitions du projet porté par le client final on peut dégager :

  • un protocole type
  • un plan type

... pour la rédaction de la réponse à un brief (mémoire stratégique et technique) et la proposition commerciale associée.

Les étapes à suivre sont les suivantes :

  • lecture du brief et relevé des éléments essentiels (qui devront être repris dans la formulation de la réponse)
  • collecte d'informations sur le projet (audit de la présence web actuelle) et de son environnement sectoriel et concurrentiel (benchmark)
  • identification des éléments stratégiques :
    • objectifs internes et externes
    • cibles
    • stratégie web et webmarketing
    • points de réussite
    • risque identifié
  • solutions & choix techniques
  • évaluation des ressources humaines et matérielles à mobiliser
  • rédaction du mémoire technique et du devis associé

6.3. Plan type de réponse à un brief

Là encore vous disposez de souplesse quant à l'organisation du document, néanmoins les points suivants sont à aborder nécessairement :

6.3.1. Des éléments concernant le projet lui-même

  • Contexte du projet
  • Objectifs internes (vis‐à‐vis de l’entrepreneur lui‐même) et externes (vis‐à‐vis des internautes)
  • Cibles principales et secondaires
  • Tâches à traiter par les cibles
  • Contraintes
  • Critères de réussite
  • Risques idenfitiés
  • Concurrence
  • Eléments de réponse stratégiques et positionnement
    • Stratégie site web
    • Stratégie webmarketing (objectifs / dispositifs / plan marketing des différentes campagnes)
  • Eléments de réponse détaillés : (un résumé des spécifications qui seront rédigées après contractualisation + reformuler les attentes exprimées dans le brief pour rassurer le client)
    • éléments de conformité et de standard,
    • arborescence et élements de navigations,
    • fonctionnalités
    • proposition de design, prototypes, wireframing
    • technologie choisie,
    • axe créatif choisi,
    • exemple de productions multimédia,
    • Ergonomie et web design 
    • Développements (front end et back end)
    • Mise en place des contenus 
    • Recette 
    • Préparation mise en production 
    • Exploitation en production 
      • hébergement maintenance
      • évolutions et exploitation
  • Macroplanning
  • Budget
  • Recommandations d'organisation
  • Conclusions et suites à donner  

6.3.2. Des éléments concernant votre agence

Ces éléments visent à rassurer le client final sur vos références, plus vous serez efficace et séducteur, mieux cela fontionnera, les points suivants peuvent être abordés :

  • Atouts et spécificités
  • Eventuels labels ou prix obtenus
  • Références avec contact direct associé
  • Présentation de l'équipe projet
  • Présentation de la méthodologie
  • Présentation des supports de conduite et cadrage projet
  • Conditions Générales de Vente et aspects légaux
  • Différents moyens de contact

6.4. Appels d'offre public

Les appels d'offre public sont plus normalisés, lors de la réponse à l'appel d'offre plusieurs documents classiques doivent être annexés à la réponse.

Vous pouvez télécharger depuis ces liens les principaux formulaires utiles pour vos réponses aux appels d’offres. Ces documents sont gratuits, et en version « prêts à remplir ». Tous les formulaires existants (et leurs notices) sont disponibles sur le site du Ministère de l’économie : 

Il s’agit des incontournables. Si vous souhaitez répondre à un appel d’offres, il faut disposer de ces pièces… A minima !
Pour les appels d'offre public il faut aussi noter qu'ils sont de plus en plaus en procédures dématérialisées et nécessitent donc l'utilisation de clé de cryptage. 

6.5. Ne pas copier/coller des mémoire techniques...

Sachez que le meilleur conseil que j’ai à vous donner, c’est de ne surtout pas démarrer d’un dossier existant. Pourquoi ?
Car les dossiers « récupérés » ou « recopiés » ne sont JAMAIS pertinents.

Vous pensez sans doute qu’en changeant quelques phrases, vous adapterez votre modèle à votre cas. C’est une erreur.

Car en partant d’une base qui ne serait pas adaptée à votre situation, vous risquez de mettre des informations inutiles, ce qui montrera que vous ne savez pas être direct dans votre approche, et ce qui alourdira le travail d’analyse de votre offre. Pire, si la commissions d’analyse des offres commence par des informations inutiles, il se peut qu’elle se contente de « survoler » le reste de votre offre, ce qui évidemment, ne va pas dans le sens de la réussite…

Gardez à l’esprit qu’en CAO (commission d’appel d’offres) / COP (commission d’ouverture des plis), les membres ont souvent beaucoup d’offres à analyser, et pas nécessairement énormément de temps devant eux… Leur donner à analyser un dossier de 150 pages dont les trois quarts sont inutiles revient à leur faire perdre leur temps, et à donner un mauvais a priori de votre entreprise : mauvaise capacité d’analyse…

7. Cas concret

Je vous propose ici quelques documents qui présentent les différents documents produits pour un projet web réalisé pour l'agence régionale Aquitaine Développement Innovation 

A. En réponse à cette consultation nous avons apporté la réponse suivante :  B. Puis après contractualisation nous avons rédigé ce cahier de spécifications qui a servi de base à nos travaux (travaux appuyés sur un prototypage fonctionnel de toutes les pages types) :  C. La charte graphique suivante a été validée par le client : 



D. Et enfin le nouveau site web a été ouvert au public : 

8. Conclusions

Avec les éléments webmarketing présentés lors de la première séance de cours + les éléments liés à la conduite de projet et la réponse à un brief vous disposez des éléments de base pour participer efficacement à la prochaine session de la Semaine Digitale...

Pour alimenter votre réflexion n'hésitez pas à consulter les liens suivants :